Fiasko Records

Improjazz
Juillet/Août 2001

Les deux premiers CD's d'un label finlandais permettent de dégager au moins deux lignes de force: musiques de groupes autour de la frappe d'un batteur plus proche du rock que du jazz.

Gnomus propose de longs morceaux qu'on pourrait comparer à du Pink Floyd revu par les techniques actuelles, l'air du temps (et l'écoute de Sun Ra?). Sans être bouleversante l'écoute est souvent degré certainement partagé par ses concepteurs. On flirte avec la BO de film d'horreur, des samples de radio russe s'intercalent dans les nappes d'orgue. Le groupe fonctionne bien, les musiciens savent utiliser les dissonances, les sons extra-musicaux au service d'un morceau. Une musique d'intellos un peu potaches, une Finlande noire et ironique à visiter.

Le CD de Nuijamiehet, séduisant pour ume écoute distraite, ressemble à une carte de restaurant: "Et pour Monsieur, valse lente, funk, thème à la Monk ou à la Coltrane, country-rock? ballade folk? Nous recommandons le thème à la Frisell, très très frais aujourd'hui." Pris dans leur démonstration, les musiciens ne font pas respirer la musique et les multiples suspensions du tempo (certainement la seule signature stylistique) ne correspondent à aucume vraie libération. Ce n'est pourtant pas rien mais la volonté de faire groupe se heurte pour le moment à la force de conventions dont Gnomus me semble moins prisonnier.

Noël Tachet